vraie librairie

le soutien de la librairie classique en France


Un soutien des éditeurs installés


Soutenir la librairie classique, c'est soutenir les éditeurs installés, essayer de stopper le développement de l'auto-édition

Toujours dans le discours de madame la ministre au SNE en 2012 :
« Enfin, j'ai réuni les représentants des réseaux de librairies et des collectivités territoriales la semaine dernière, pour évoquer les premières perspectives d'un plan pour la librairie. Je tiens, bien entendu, à ce que vous soyez pleinement associés à cette discussion car, encore une fois, votre responsabilité sur la chaîne du livre est grande. »

Il faut cesser de soutenir une librairie condamnée si elle se montre incapable d'évoluer.
La librairie, même celle dite indépendante, a depuis longtemps choisi son camp : le travail avec les distributeurs, donc l'absence en ses murs des écrivains indépendants, et l'absence en ses murs des "vieux livres" (envoyés au pilon). La librairie a choisi le circuit proposé par les puissances d'argent, où l'édition indépendante ne pouvait entrer. Dans la nouvelle donne du livre numérique, elle peut légitiment prétendre jouer un rôle d'intermédiaire mais elle doit rapidement trouver sa place. C'est aux libraires de trouver leur place dans la révolution numérique, non aux écrivains de leur offrir du chiffre d'affaires ! Qu'ils vendent des liseuses, des tablettes, installent des bornes de téléchargement d'ebooks et invitent des écrivains (naturellement en payant leur travail, leur déplacement, leur présence, et non en les obtenant gratuitement comme ils y parviennent souvent encore actuellement).
Au salon du livre de Parie, la ministre aurait pu vouloir marquer les esprits avec une annonce choc ! Elle semble avoir préféré les préparer ! Peut-être pour y être bien accueillie, sans cri du genre "Filippetti trahison, Filippetti démission." En février 2013, en marge du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême : « Moi, ce que je souhaite faire, c'est établir un ensemble de mesures de soutien notamment pour les libraires. Je pense qu'il n'y a pas de bande dessinée, d'auteurs de bande dessinée, s'il n'y a pas de libraires pour faire aimer et découvrir la richesse de la bande dessinée au lecteur. J'annoncerai bientôt, fin mars au Salon du Livre, un programme pour la librairie qui ne concernera évidemment pas que la BD mais tous les libraires et qui constitue le meilleur moyen de soutenir l'univers de la bande dessinée. »

Et effectivement le lundi 25 mars 2013 elle lança un plan d'aide aux librairies indépendantes : 9 millions d'euros ! Librairies prétendues indépendantes, en totale dépendance éditoriale...
Avec une présentation intolérable dans la situation française où les auteurs indépendants ne peuvent parvenir sur les tables des libraires : « Le libraire s'inscrit, comme les bibliothèques, dans le réseau qui permet la création et la diversité éditoriale. »

Ya basta Aurélie Filippetti ! de Stéphane Ternoise

Avis public possible ici...



Le contact librairie.mobi .

La librairie.mobi Accueil.
 cinquieme roman
La sélection ebooks 2014
 livres en papier
Les livres en papier
 à la une...
Lire Le roman de la révolution numérique.
 livres gratuits
Les livres gratuits (en numérique)
Créateur du Salon du Livre de Montcuq...
Candidat écrivain rural aux présidentielles 2017
Suivre mes aventure... En vidéo... en vous abonnant (GRATUIT) à ma chaîne
Gérée par youtube: